Accueil | dMute

C'est quoi la musique ?

: #21 : Oiseaux-Tempête



Avec ses paysages sonores apocalyptiques et ses longues pièces instrumentales, Oiseaux-Tempête est devenu l'un des groupes phares de la scène post-rock française mais ce collectif est bien plus que ça. Nous avons demandé à ses deux membres fondateurs : c'est quoi la musique ?

Il n'est jamais trop tard pour évoquer les français de Oiseaux-Tempête dans nos pages. Ce groupe à géométrie variable parcourt les terres dévastées ou en crise afin d'y puiser l'essence de sa musique que l'on ne qualifiera pas si vite de post-rock pour ne pas la réduire à un genre qui ne leur sied qu'à moitié. S'il y a en effet chez eux un goût pour les longues pièces instrumentales en forme d'ascenseurs soniques et émotionnels que l'on retrouve chez un groupe comme Godspeed You! Black Emperor et tant d'autres depuis, il y a surtout dans Oiseaux-Tempête une volonté palpable de voyager au-delà des cases et ainsi d'ouvrir ses propres frontières afin de laisser la musique évoluer et muter au gré des rencontres et des climats (atmosphériques mais surtout politiques). Pour cette manière nomade de concevoir sa musique, le collectif aurait peut-être plus d'atomes crochus avec des formations telles que Savage Republic ou le groupe franco-italien culte L'enfance Rouge.

Après un premier album en Grèce en 2013 et un second en Turquie il y a deux ans, c'est cette année au Liban que le groupe a déposé son matériel pour y accoucher d'un troisième opus nourri d'orient et d'électricité : Al-'An. Nouvel oiseau migrateur, nouvelle tempête de sable brûlant, l'album impressionne une fois de plus par son ampleur entre apaisement et apocalypse, par la diversité de ses collaborations (Mondkopf, rien que ça) ainsi que pour les paysages sonores qu'il sait déployer tout du long. Le groupe semble à chaque nouvelle œuvre franchir une étape et gagner un peu plus en notoriété, c'est pour cette raison et bien d'autres que nous sommes très heureux d'entendre la réponse de ses deux membres fondateurs (Frédéric D. Oberland et Stéphane Pigneul) à notre fameuse question si simple mais tellement compliquée : c'est quoi la musique ?

Stéphane :

C’est comme poser la question qu’est ce que la vérité ? C ‘est un peu absurde.
Il y autant de réponses que de personnes qui peuvent t’en donner une.
C’est une question très personnelle.
En ce qui me concerne, la musique n’est pas du tout sacrée. Et elle a dix mille visages.
Ou sept milliards.
Des gens la pratiquent, l’inventent ou la suivent, la maltraitent, l’usent, la subliment, ou la magnifient.
Il y a des lois physiques, oui. Mais il en va de même pour le mélange des couleurs.
Musique ou peinture, ébéniste ou scribe, au fond c’est un peu la même chose.
C’est plier du possible, des actes, du temps, à ta volonté. Ton regard sur ce qui t’entoure.
Beaucoup de persévérance et pas mal de hasard font que nous tordons la musique. Mais j’aurais pu devenir jardinier, ou apiculteur , j’imagine, j’aurais adoré.
La musique a au moins pour elle de nous avoir sauvé, Frédéric et moi .
Nous lui en devons une. Et nous ferons tout pour nous acquitter de notre dette envers elle. Le plus longtemps possible.


Frédéric :

de l'amour - de la sueur - des coeurs qui s'ouvrent - ces milliers d'ondes qui te parcourent, font résonner les plus infimes particules de ton corps, et pour lesquelles tu peux vouloir sacrifier beaucoup - une quête - une image-mouvement / un espace-temps - des doutes - du partage - des découvertes - des rencontres - de l'invention - des grandes joies et parfois des larmes - des petits rituels pour aller draguer la grande extase - beaucoup de kilomètres - les discussions/playlists du camion, casse-dalles d'autoroute, pause clopes, bonjour/décharger/brancher/communier/merci/débrancher/charger/aurevoir - parfois l'afterfête qui va bien, parfois l'hôtel en bordure de la "zone d'activités" - des tas de souvenirs - du collectif - ce pour quoi on a ce truc sur les côtés qui s'appelle oreille - ces vibrations qui nous relient - du désir - ces sensations qui font du mirage un réel nécessaire - pas un "métier" mais de la magie artisanale - du don - plus qu'une chance, un horizon

.

A ceux qui souhaiterait poursuivre le voyage en live, voici les dates de la prochaine tournée française/francophone du groupe :

28.10.2017 | FGO-Barbara, PARIS (FR) *​
12.11.2017 | La Zone, LIÈGE (BE)
13.11.2017 | Magasin 4, BRUXELLES (BE) *​
23.11.2017 | Casa del Popolo, Sala Rossa, MONTREAL (CA) °​
15.12.2017 | Paul B., MASSY-PALAISEAU (FR)
​25.01.2018 | La Source Fontaine, FONTAINE (FR)

* w/ Jerusalem In My Heart ​
° w/ Special Collaboration:: Suuns + Jerusalem In My Heart



par Romain
le 24/10/2017

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Playlists
Titres en écoute - Juin 2015

0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters