Accueil | dMute

Le titre de la semaine

: Cornelius - If You're Here



Le japonais Keigo Oyamada n'avait pas sorti de nouvel album depuis 2006 et son excellent Sensuous, Avec ce ballet de sonorités onduleuses, il renoue avec le génie de sa pop si conceptuelle mais si envoûtante. If You're Here est notre titre de la semaine.....

Poum... Tchak... Poum... Tchak... C'est avec un rythme binaire down tempo que Cornelius aka Keigo Oyamada vient briser onze ans de silence discographique (si l'on excepte les quelques albums de reprises qu'il a livré entre temps). Mais ce balancier presque simpliste ouvrant le nouvel album du japonais Mellow Waves va rapidement se révéler être une fausse piste, ou plutôt un noyau dur autour duquel vont graviter une flopée de sons distincts éparpillés façon puzzle. Avec If You're Here, Cornelius reprend les choses là où l'album Sensuous les avait laissé avec certains de ses morceaux les plus éclatants (Fit Song, Music) et renoue ainsi avec sa haute maîtrise du découpage et du collage pop. Il faut bien évidemment écouter cette chanson au casque pour mieux se rendre compte du travail de concision dont fait preuve ici le compositeur.

De courts fragments de musique apparaissent progressivement. Un synthé, une cymbale, une caisse claire, puis une guitare, puis le chant etc. Ils se mettent à tourbilloner ensemble dans une chanson qui semble se construire sous nos yeux mais aucun de ces éléments ne s'entrechoquent, ou si peu. Les sons se multiplient, se noient sous les effets d'ondulation, tendent à se rejoindre mais ne se rencontrent jamais. Du moins pas tout de suite, et c'est là tout le génie de Cornelius de mettre en œuvre de telles envolées musicales. Le clip accompagnant If You're Here est également une réussite totale, et certainement l'un des plus beaux vus cette année. Ce dernier se propose comme un pur complément visuel à la musique du japonais et rappelle par son concept très Gondryien le clip de Fit Song dans cette façon de faire correspondre à chaque sonorité une idée visuelle spécifique. Ici certains objets (une clé, une cigarette, une tasse de café, une bague...) apparaissent succinctement tels des spectres dans un salon englouti par des ondes mouvantes (ou des "vagues moelleuses") et les regrets du passé.



par Romain
le 02/08/2017

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters