Accueil | dMute

L'Oldie de la semaine

: Devo - Q: Are We Not Men? A: We Are Devo! (1978)



Petit retour sur l'album culte Q: Are We Not Men? A: We Are Devo! qui résonne encore dans la musique contemporaine, presque quarante ans après sa sortie. Leur toute aussi culte reprise de Satisfaction est notre oldie de la semaine...

« Ne sois pas nostalgique d’une époque que tu n’as pas connue ».

On m’a déjà fait cette remarque alors que j’exprimais le rêve d’être dans une autre décennie, de physiquement vivre des épisodes mythiques de l’histoire de la musique populaire : connaître la boue de Woodstock et les acouphènes après un concert des Beatles ou encore le goût de bonbon acidulé que devait avoir MTV à ses débuts. Ce fantasme naïf de vivre à une époque lointaine et idéalisée, je ne l’ai plus. Qu’est-ce qui m’en a guéri ? Devo.

Devo est un groupe du Midwest des États-Unis, devenus légendaires grâce à leur premier album studio Q: Are We Not Men? A: We Are Devo! (1978) –pépite post-punk produite par Brian Eno– ainsi que pour leur image rétro-futuriste. Les membres du groupe sont toujours parés d’éléments d’uniformes scientifiques ou prolétariens : combinaisons en latex jaune, masques, casques rouges en forme de cône de signalisation. Leur déguisement s’accorde avec leur style musical : le groupe s’amuse à construire une nouvelle musique à coup de synthés, de rythmes secs et de sons industriels. En plus de construire, le groupe déconstruit aussi la musique déjà existante et ce n’est pas un hasard si le nom du groupe vient de la théorie de la dé-évolution –l’idée que l’être humain retourne peu à peu vers un état plus primitif– à l’image de leur excellente reprise de I Can’t Get No (Satisfaction) des Rolling Stones.

Le portrait de Devo que je viens de faire peut sembler appartenir au passé. Il est vrai que l’image assez kitsch du groupe n’en fait pas une des dernières coqueluches à la mode. Pourtant, Devo est bel et bien ancré dans la musique et la culture actuelle, et pas seulement pour le simple fait que le groupe soit toujours actif. Sans Devo, peut-être que les Daft Punk n’auraient jamais eu l’idée de s’affubler de casques pour jouer leur musique robotique. De même, quelle joie de retrouver un sample de leur chanson Jocko Homo dans le morceau Stress de Justice (2007) : un éclat de passé qui s’invite dans le présent.

Plus que la musique en elle-même ou l’idée que l’on peut se faire du groupe à travers les clips-vidéos et documentaires, ce sont ces hommages et références qui permettent de s’approprier Devo et leur musique, sans même avoir connu leur apogée. Ainsi, quel délice d’apprendre que l’un des membres historiques du groupe, Mark Mothersbaugh, est à l’origine de la musique du générique du dessin animé chéri des enfants des années 1990, Les Razmoket.

Devo m’ont réconcilié avec la frustration d’être trop jeune pour avoir connu ces groupes mythiques et m’ont fait comprendre la chance que j’avais de pouvoir apprécier à la fois la musique qui provient du passé et savourer ce que d’autres artistes en ont fait par la suite. Pour toutes ces raisons, je vous invite chaudement à découvrir ou redécouvrir Q: Are We Not Men? A: We Are Devo!, un album qui touche toutes les générations.



par Juliette
le 14/05/2017

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters