Accueil | dMute

L'Oldie de la semaine

: Duster - Stratosphere (1998)



Trésor caché de l'indie rock depuis bientôt deux décennies, les américains de Duster ne rougissaient pourtant d'aucune comparaison dans la famille slowcore de l'époque. Retour sur l'excellent Stratosphere.....

Coincé quelque part entre la fin des 90’s et le début des années 2000, les gars de Duster avaient pourtant tout compris. Distillant une habile recette shoegaze/slowcore à l’esthétique lo-fi, la musique de Duster, tranquillement déprimée et aérienne, était un véritable nuage de mélancolie, un refuge pour ces jeunes adultes qui sortaient péniblement de l’adolescence et qui allaient devoir affronter ce triste XXIème siècle, qui ne finit d’ailleurs jamais de s’assombrir.

Mais voilà, le fait est que Duster n’a jamais dépassé le stade de curiosité, quasi confidentielle, que l’on se refile entre connaisseurs. Très honnêtement, je ne l’explique pas. Je n’explique pas le fait qu’aucun label n’ai pris le temps de rééditer Stratosphere ou que ce soit d’autre du groupe. Le destin de Duster semble injuste car leur discographie est de plus résolument accessible. Dans Stratosphere, les membres du groupe font preuve d’un génie mélodique inépuisable et surtout d’une capacité à alterner envolées shoegaze et rechutes slowcore.

Tout l’album est finalement une sorte de montagne russe géante, cherchant à vous emmener très haut dans les cieux, vous faire traverser les nuages, comme avec le morceau éponyme, qui croule littéralement sous les effets de guitare. Puis ensuite vient la rechute, inévitable, caractérisée par ces minuscules excursions slowcore grisantes (The Queen Of Hearts, The Landing, Shadows Of Planes…). Stratosphere ne souffre aucunement de la comparaison avec les ténors du genre comme Low ou Codeine. Celui-ci jouit même d’une certaine singularité sur cette scène. Duster est finalement autant coincé entre deux décennies qu’entre deux genres, slowcore et shoegaze, incapable de céder totalement aux appels de l’un ou de l’autre.

Même si quelques rumeurs de reformation trainent dans les entrailles du web, je n’y place pas de grands espoirs. Tout ce que je peux espérer, c’est que vous laissiez une chance à ces outsiders de la scène indé.



par Éloi
le 07/05/2017

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters