Accueil | dMute

L'Oldie de la semaine

: Robert Johnson - Sweet Home Chicago (1936)



Pionnier du Delta Blues et mythe du genre, Robert Johnson traîne sa légende depuis sa mort à 27 ans dans des conditions mystérieuses. Sweet Home Chicago est l'un de ses titre les plus connus, et les plus repris

Si les bluesmens devaient avoir un saint patron, alors ce serait Robert Johnson. Ni véritable fondateur du Delta Blues (Son House ou Ike Zinnerman étaient là avant lui), ni véritable musicien de génie, il a pourtant su marquer une époque et laisser sa trace dans la culture populaire d'une manière indélibile et géniale.

C'était encore une époque où dans le delta du Mississipi, les noirs récoltaient le coton pour survivre, une époque où les dates de naissances étaient encore incertaines et le vaudou, reliquat des rites paiens de la lointaine Afrique mélangé au folklore catholique, très présent dans le bayou.

C'est à cette époque que Robert Johnson déroule sa légende de Bluesman : sa rencontre avec le Diable au Crossroad, qui lui apprend à jouer de la guitare comme personne avant lui, ses multiples femmes, ses 29 chansons mythiques (mais qu'en est t'il de la 30eme?), sa mort à 27 ans des suites d'un mystérieux empoisonement perpétré par un mari jaloux (fondant du même coup le fameux club des 27!)...ses 3 tombes recensées sans que l'on sache vraiment laquelle est la bonne et où, chaque année, des guitaristes de tous les coins des Etats-Unis viennent déposer des mediator en signe de respect....

Odeur de soufre, musicien génial, vie rapide et intense, musique pénétrante et transpirant tellement le Sud, guitare sèche et presque aggresive: tous les ingrédients étaient déjà là pour que l'emblème Robert Johnson continue de vivre à travers les âges en inspirant les générations futures.

Sweet Home Chicago, enregistrée en 1936 sur la première face d'un 78 tours édité par le label Vocalion, est l'un de ses fameux blues qui à été repris un nombre incalculable de fois et qui représente je pense le mieux le jeu de Johnson. Alors faites chauffer vos écrevisses, sortez sur votre rocking chair et regardez l'énorme soleil brûlant disparaître dans les eaux saumatres du Mississippi....



par Vieux Singe
le 21/04/2014

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters