Accueil | dMute

Dossier

: Portrait électronique #3 - Ryu Hankil, Hong Chulki, Choi Joonyong





Il a fallu une soirée aux Instants chavirés de Montreuil pour s’en convaincre : il se passe bien des choses du côté de la Corée du sud, plus particulièrement du côté de Séoul où un dangereux groupuscule de musiciens bricoleurs sème le bruit depuis bientôt une bonne dizaine d’années.


Ryu Hankil


De passage à Montreuil, Ryu Hankil, Choi Joonyong et Hong Chulki sont sans conteste les personnages les plus emblématiques de cette nouvelle scène coréenne dédiée aux musiques d'avant-garde et à l'art de l'"improvisation libre". Leur mode opératoire? Détourner au travers d’inventions électro-mécaniques toute sorte d’objets vintage (enregistreurs de cassettes, tournes-disques, machines à écrire, walkmans…etc) pour envelopper l’auditeur dans un maelström de bruits stridents et métalliques entrecoupés de moments de silence fébrile. C’est d’ailleurs sans conteste en live que leur art prend toute son ampleur, au travers d’interventions parfois décalées ou poétiques, révélant encore une fois leur désir de repousser les limites, de défier toutes les conventions.


Hong Chulki Hong Chulki


Pour l'histoire, Ryu Hankil confessa avoir vu la lumière pendant un set d'Otomo Yoshihide et de Sachiko M. en Corée dans les années 90. Il abandonna dans la foulée le clavier qu’il occupait chez divers groupes de pop music en vogue ainsi que ses babillages techno plus récents, pour se vouer corps et âme à cette nouvelle religion du bruit et du détournement. Choi Joonyong et Hong Chulki partagèrent le même ras-le-bol pour les instruments traditionnels, se tournant à leur tour vers les expérimentations de l’art du bruit en solo ou en duo, à travers leur formation Astronoise et la création du label de pointe : Balloon et Needle.


CHoi JY Choi Joonyong


Depuis, ces chefs de fil d’un certain renouveau musical en Corée du Sud ne cessent d’élargir leur cercle d’influence. Ils disent trouver dans les publics étrangers que se soit en Europe, au Japon ou aux Etats-Unis une plus grande compréhension, le public coréen demeurant encore quelque peu hermétique à leurs improvisations bruitistes et à leurs inventions musicales. A sa décharge, le public coréen n’a pas cinquante ans de musique d’avant-garde derrière lui et nos trois musiciens en ont bien conscience. C’est donc en parcourant le monde et ses festivals, que Ryu Hankil, Choi Joonyong et Hong Chulki continuent d'expérimenter, d'improviser sans relâche, croisant le fer avec de nombreux artistes de statures internationales : maître Yoshihide déjà cité plus haut, le suisse Günter Müller ou encore plus fraîchement l’américain Jason Kahn.


Pour leur rendre visite:


Ryu Hankil -> http://www.themanual.co.kr/
Hong Chulki -> http://www.hongchulki.com/
Choi Joonyong -> http://www.balloonnneedle.com/


Photo: Mickael Berland (pandemik@dmute.net)



par Mickael B.
le 06/02/2011

Tags : Dossier

Partager cet article :



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters